Comment calculer son salaire en portage salarial ?

Le portage salarial est un statut hybride qui permet au travailleur indépendant de sécuriser son activité tout en profitant des avantages du salariat. Ce dispositif se base sur une relation tripartite entre le consultant, son client et la société de portage. Les bénéfices sont nombreux pour le freelance. Un contrat de travail, en CDD ou en CDI, lui offre la sécurité de l’emploi et les avantages sociaux inhérents au salariat. Il n’a pas à se soucier de créer son entreprise pour pouvoir facturer ses prestations. Toutes les informations sur ce mode de travail novateur sont disponibles dans notre guide complet sur le portage salarial. Dans cet article, nous faisons le point sur une question cruciale : quels revenus espérer en portage salarial ? Chiffre d’affaires, frais divers, TJM, voici les différentes étapes à suivre pour calculer son salaire journalier.

Quels revenus espérer en portage salarial ?-1

Rappel : les avantages du portage salarial

Grâce à son statut de salarié, l’entrepreneur est affilié régime général de la Sécurité sociale, avec l’accès à l’assurance maladie et au remboursement des soins de santé. Il peut bénéficier d’une mutuelle d’entreprise, de l’assurance chômage en fin de contrat et du régime de retraite. Mais il ne perd pas pour autant l’autonomie et la flexibilité de son statut d’indépendant. Il est libre de choisir ses clients et ses missions comme il l’entend, tout comme l’organisation du temps de travail ou sa situation géographique.

La société de portage s’occupe de la partie administrative, comptable et juridique de l’activité du salarié porté afin qu’il puisse se concentrer entièrement à ses missions. Chaque mois, le montant du chiffre d’affaires brut engendré par le travailleur autonome lui est reversé sous forme de salaire net mensuel, une fois les frais de gestion et les cotisations sociales déduits. La question de la rémunération en portage salarial dépend du Taux Journalier Moyen, ou TJM, fixé par le freelance en fonction de son expertise, de ses prestations et du marché. Cette interrogation prépondérante nécessite un calcul avisé.

Simuler son salaire en portage salarial

Le revenu du salarié porté repose sur le chiffre d’affaires brut mensuel qu’il est capable de générer auprès de ses clients, mais elle n’est pas équivalente à ce montant. La simulation de la rémunération doit prendre en considération certains éléments clés.

Le chiffre d’affaires minimum du salarié porté

Afin de sécuriser ce statut, la Convention Collective du Portage Salarial définit un salaire minimum, et donc un chiffre d’affaires minimum, à respecter en portage salarial. Il est basé sur le Plafond Mensuel de la Sécurité sociale (PMSS), en fonction de l’ancienneté ou du type de forfait :

  • pour le salarié porté junior, qui possède moins de 3 années d’expérience, le salaire brut mensuel est fixé à 70 % du PMSS, soit 2b397 euros brut par mois ;
  • pour le salarié porté sénior, disposant de plus de 3 ans d’expérience, le seuil est fixé à 75 % du PMSS, soit 2b568 euros brut par mois ;
  • le salaire brut minimum pour les salariés portés en forfait jours est de 85 % du PMSS, soit 2b910 euros brut par mois.

La valeur du Plafond Mensuel de la Sécurité sociale est fixée chaque année par arrêté préfectoral. Son montant est visible sur le portail en ligne de l’URSSAF.

Les frais de gestion de la société de portage salarial

La simulation du salaire en portage salarial doit prendre en considération les frais de gestion. Ils sont prélevés sous forme de pourcentage, entre 5 et 15 % du chiffre d’affaires selon les sociétés de portage, et ils sont souvent dégressifs. Toujours affichés sur le bulletin de paie, ils correspondent au coût des services professionnels proposés dans le cadre du contrat de portage et ils couvrent les frais liés à :

  • la gestion administrative (contrats, facturation, relances, bulletins de salaire, TVA) ;
  • l’assurance responsabilité civile professionnelle, l’assurance complémentaire et les épargnes salariales ;
  • l’accompagnement personnalisé (assistance juridique, accès à la formation, réseautage, conseil, etc.).

Les cotisations sociales du salarié porté

Dans le système français, l’employeur et le salarié doivent contribuer au financement de la Sécurité sociale ou de la formation professionnelle par le biais de cotisations sociales versées directement à l’URSSAF. Le portage salarial n’échappe pas à cette règle et le salarié porté doit s’acquitter des charges salariales et patronales chaque mois. En contrepartie, il bénéficie d’une couverture sociale complète qui lui ouvre des droits pour l’assurance maladie, l’assurance chômage, la caisse d’allocations familiales, l’aide au logement et la retraite. Les charges patronales sont appliquées sur le chiffre d’affaires hors-taxe, frais de gestion déduits, à hauteur de 33 %. Ce calcul permet d’obtenir le montant du salaire brut. Les charges salariales sont alors prélevées à hauteur de 23 % afin d’obtenir le salaire net.

Définir son Taux Journalier Moyen ou TJM

En moyenne, le salaire net du salarié porté correspond à la moitié de son chiffre d’affaires hors-taxe. Le consultant va donc pouvoir jouer sur le tarif de ses prestations pour s’assurer une bonne rémunération.

Le revenu net mensuel envisagé

Le système économique le plus communément utilisé par les freelances pour déterminer leurs prix est le Taux Journalier Moyen, ou TJM. Ce tarif à la journée est calculé à partir du salaire net mensuel ciblé en fonction du nombre de jours de travail prévu et de la valeur accordée à chaque mission en fonction de son expertise. Ce principe purement mathématique demande une réflexion plus complexe qu’il n’y paraît, car il conjugue trois concepts fondamentaux : l’offre, la demande et le temps.

L’étude des prix du marché

La première étape avant de fixer son TJM consiste à étudier les tarifs appliqués par les autres travailleurs indépendants, dans son domaine d’activité, afin d’obtenir une fourchette de prix adaptée au marché. Certaines plateformes pour freelances comme Malt proposent des baromètres de prix en fonction du métier, du niveau d’expérience et de la situation géographique. Une simple recherche selon le profil et le type de mission invite également à comparer ses tarifs avec la réalité de l’offre et de la demande. L’évaluation de ses compétences et de son expertise permet alors de se positionner au plus juste face à la concurrence.

Le temps de travail dédié aux missions

Le quotidien du travailleur indépendant n’est pas uniquement consacré à l’exécution de ses missions. Outre les week-ends et les jours fériés, il faut déduire les vacances, ainsi que le temps dédié à la gestion de l’activité et à la prospection de nouveaux clients. Sur une base de travail de 5 jours par semaine, le nombre de jours ouvrés se situe aux alentours de 250 par an, soit 20 à 21 jours par mois. Une fois les congés déduits, d’une durée légèrement allongée en cas de maladie, le nombre de jours de travail annuel se situe en moyenne entre 210 et 230 jours. Les tâches périphériques sont estimées entre 25 et 50 % de ce temps. En moyenne, le temps de travail effectif se situe entre 10 à 15 jours par mois pour un freelance, soit entre 120 et 145 jours par an.

Exemple simple de calcul d’un TJM

Sur la base d’un salaire net espéré de 2b500 euros par mois en portage salarial, en partant du principe que les frais et cotisations s’élèvent à 50 % du résultat, soit 1b250 euros, il faut envisager un chiffre d’affaires hors-taxe de 3b750 euros par mois, soit 45b000 euros par an. En divisant ce montant par le nombre de jours de travail effectif, 132 par exemple, le TJM obtenu est de 340 euros.

Quels revenus espérer en portage salarial ?-2

Optimiser ses revenus en portage salarial

Indépendants, freelances et consultants peuvent valoriser leurs revenus jusqu’à 70 % grâce à quelques règles simples :

  • bien comparer les frais de gestion en portage salarial ;
  • optimiser les frais professionnels liés à l’activité (frais de déplacement, de prospection, de repas, d’internet ou de téléphonie) en les facturant directement au client ou en les soumettant à la société de portage pour obtenir un versement de la TVA collectée ;
  • anticiper les périodes creuses en demandant à la société de portage d’échelonner ses revenus sur plusieurs mois au terme d’une mission ;
  • convertir une partie de ses revenus en épargne salariale pour bénéficier d’avantages fiscaux.

Obtenir un prêt immobilier grâce au portage salarial

Véritable challenge pour les freelances, obtenir un crédit immobilier en portage salarial est tout à fait envisageable pour les salariés portés. Le Contrat à Durée Indéterminée, ou CDI, est un gage de stabilité pour les banques. Le travailleur autonome bénéficie de la sécurité de l’emploi, il est rémunéré pendant les arrêts maladie grâce à la Sécurité sociale et il est couvert par l’assurance chômage en cas de perte de son emploi. Néanmoins, ce statut est encore méconnu, c’est la raison pour laquelle il faut tout de même soigner particulièrement sa demande de prêt pour rassurer le banquier sur sa capacité à rembourser le rembourser sur le long terme. La société de portage salarial peut aider le salarié porté à prouver sa solidité financière en lissant ses salaires sur plusieurs mois. La capacité à épargner contribue également à renforcer la demande de prêt immobilier. En cas de difficulté, un courtier en crédit immobilier sera en mesure de constituer et de présenter un dossier efficace à la faveur du profil atypique de l’emprunteur.

Pour approfondir le sujet :

Notre service client est disponible
du lundi au vendredi : 9h00 – 18h00

Siège social
31, cours des Juilliottes
94700 Maisons-Alfort

Agence de Paris
31, cours des Juilliottes
94700 Maisons-Alfort

Agence de Lille
14, Rue Vieux Faubourg
59800 Lille

Agence de Toulouse
15, chemin de la Crabe
31300 Toulouse

Agence de Nantes
4, Rue de l’Hôtel de Ville
44000 Nantes

Agence de Marseille
43, Chemin de la Sarrière
13590 Meyreuil

Agence de Bordeaux
3, rue du Golf
33700 Mérignac

Agence de Lyon
27, rue Maurice Flandin
69003 Lyon

Agence de Valbonne
535, Route des Lucioles
06560 Sophia Antipolis

Agence d’Angers
25, Rue Lenepveu
49100 Angers

© STA Groupe – 2021
Mentions LégalesDonnées personnelles

    Nom et Prénom

    Email

    Téléphone

    Optionnel : date/heure de préférence

    En cliquant sur "être recontacté", vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité.