TJM Freelance : Fixer son tarif et Simulation

Consultant en stratégie digitale, spécialiste en informatique, rédacteur web, développeur logiciel, community manager, data scientist… Quel que soit le profil d’un freelance, la question de la rémunération relève d’une importance capitale. Comment se positionner sur le marché pour être rentable ? Faut-il privilégier une facturation à l’heure ou par mission ? Comment fixer son taux journalier moyen (TJM) pour bien vivre de son activité ? Faisons le point sur le salaire du freelance.

Qu’est-ce que le TJM ?

Le TJM signifie Taux Journalier Moyen ou encore Tarif Journalier Moyen. Il s’agit du prix à la journée hors taxe qu’un professionnel indépendant facture à son client pour une prestation réalisée. C’est le modèle économique adopté par la plupart des freelances pour fixer leur salaire. Si ce tarif à la journée paraît a priori facile à déterminer, il est en réalité complexe de le calculer. Le TJM reste en effet un taux « moyen », car les contrats dans l’univers des services peuvent prévoir des majorations pour des journées travaillées hors périodes habituelles. De même, son calcul tient non seulement compte des éléments intrinsèquement liés aux prestations réalisées, mais également d’éléments externes comme la comptabilité et les périodes d’inactivité.

Même si le Taux Journalier intègre plusieurs notions, son calcul relève d’une importance capitale pour les travailleurs indépendants. Lorsqu’il est mal déterminé, il peut avoir un impact catastrophique sur l’activité du professionnel. En réalité, un Tarif Journalier Moyen à trop haut risque d’effrayer les potentiels clients et un tarif trop bas ne permet pas au freelance de vivre de son activité dans le temps. Alors, comment procéder pour bien déterminer son TJM ? C’est la question que nous abordons dans le paragraphe ci-dessous.

Comment fixer son TJM en tant que freelance ?
Comment fixer son TJM en tant que freelance ?

Comment fixer son TJM en tant que freelance ?

Alors qu’un salarié pense en rémunération mensuelle, le freelance considère plutôt son chiffre d’affaires annuel afin de déterminer son salaire. Ce chiffre d’affaires annuel dépend de plusieurs facteurs comme :

  • le marché,
  • l’expérience du freelance,
  • la qualité de la prestation fournie…

De même, lorsque l’on est freelance, on ne bénéficie pas des avantages financiers propres au salariat : heures supplémentaires, congés payés, primes… Il faut donc également tenir compte de nombreux facteurs externes à l’activité exercée pour déterminer le parfait TJM pour vivre décemment de sa profession indépendante. Passons d’abord en revue les critères intrinsèques à l’activité du freelance qu’il faut considérer pour ne pas se tromper dans la fixation du TJM.

1er critère : le marché

Pour fixer votre Taux Journalier Moyen, vous devez impérativement sonder le marché de votre activité. Ce sondage vous permettra de connaître les véritables tarifs pratiqués par vos concurrents. Il existe plusieurs solutions pour effectuer cette analyse du marché. Vous pouvez par exemple visiter les réseaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo afin de consulter les profils des freelances qui évoluent dans le même domaine que vous.

Vous pouvez également vous inscrire sur les plateformes de freelance généralistes ou spécialisées (Malt, Codeur, Crème de la Crème, 5euros, LeGratin, etc.). Si vous êtes rédacteur web, vous pouvez sonder les plateformes de rédaction web professionnelles (Rédacteur, TextMaster, Greatcontent…). Vous avez certainement compris l’idée. En connaissant les prix pratiqués par les autres freelances dans votre secteur d’activité, vous pourrez alors aligner vos prix sur ceux du marché. L’idéal est de ne pas fixer des prix trop au-dessus ou trop en dessous de ceux du marché. Les prix trop élevés peuvent faire fuir les potentiels clients et les prix trop bas peuvent décrédibiliser votre travail. Dans tous les cas, le risque reste plus élevé pour ceux qui fixent des prix trop élevés.

Certes, vous pouvez fixer des prix suffisamment élevés pour vous démarquer du marché en mettant en avant votre expérience et la promesse d’un excellent retour sur investissement pour le client. Or, le risque est de ne pas arriver à séduire les potentiels clients par votre pitch. Or, pour les tarifs bas, il est presque toujours certain d’avoir des clients. Petit disclaimer : si vous décidez de vous aligner sur les prix bas de votre domaine de compétences au début de votre activité de freelance, faites attention à éviter les prix bradés que proposent certains prestataires. Ces derniers ne dévaluent pas les prix du marché par manque de compétences, mais souvent parce qu’ils travaillent en offshore. Ils ne paient pas leurs charges en France, alors que vous, si.

fixation TJM freelance

2e critère : l’expérience et la formation du freelance

Pour fixer votre TJM, vous ne devez pas seulement tenir compte des prix pratiqués globalement sur le marché. Vous devez également considérer d’autres facteurs comme votre expérience, votre niveau d’expertise et votre portefeuille client. Commencez par vous autoévaluer. Combien d’années d’expérience avez-vous dans votre domaine d’activité ? Combien de missions avez-vous déjà réalisées avec succès ? En tenant compte des réponses à ces questions, vous pouvez alors positionner vos tarifs dans la bonne catégorie en fonction de votre profil : tarif junior (moins de 2 ans d’expérience), tarif confirmé (entre 2 et 5 ans d’expérience), tarif senior (entre 5 et 10 ans d’expérience), tarif expert (plus de 10 ans d’expérience).

Toutefois, vous n’êtes pas obligé d’accumuler 10 années d’expérience avant de pricer très cher. Au-delà du nombre d’années d’expérience, vos références peuvent en effet beaucoup peser dans la balance lors de la fixation de votre Taux Journalier Moyen. Vous avez déjà travaillé pour des entreprises prestigieuses ? Utiliser ces références pour proposer des tarifs élevés. De plus, demandez-vous : quelles sont vos compétences ? Quelles sont vos qualifications ? Quels sont les outils professionnels que vous maîtrisez ? Avez-vous reçu votre formation dans un établissement reconnu ? Voilà d’autres questions que vous devez vous poser sur votre expertise afin de savoir comment ajuster votre TJM.

3e critère : la prestation

Il est important de tenir compte de la prestation elle-même pour définir sa rémunération journalière moyenne. Si vous offrez une prestation spécialisée, vous pouvez envisager d’augmenter votre Taux journalier Moyen. Le marché du travail obéit également à la loi de l’offre et de la demande. Ce qui est rare et cher. C’est pour cela qu’il est intéressant de chercher à se spécialiser sur une expertise de niche, une compétence un peu plus technique ou un secteur restreint. Plus une tâche ou une mission est difficile, complexe ou pénible à réaliser, plus elle doit être facturée chère. Attention cependant à ne pas tomber dans l’erreur de la trop forte spécialisation qui peut limiter le nombre de clients potentiels. Il est important de trouver le bon équilibre.

De plus, une prestation peut s’étaler dans la durée en fonction de sa complexité et de la technicité qu’elle requiert. Dans ce contexte, vous ne devez pas chercher à augmenter continuellement votre tarif, mais plutôt à proposer un tarif dégressif. Il n’est en effet pas rare de varier le TJM d’environ 10 à 20% en fonction du type de contrat et de la durée de la mission. De ce fait, le taux Journalier moyen d’une mission à temps partiel devrait être plus élevé que le TJM d’une mission à temps plein. Et pour cause vous perdrez moins de temps à chercher de nouveaux clients lorsque vous avez un contrat à temps plein. Sachant cela, votre client peut même s’attendre à un geste de votre part.

TJM tarif

Les autres éléments à considérer pour bien fixer son TJM

Avec les différents indicateurs précédemment mentionnés, vous pouvez déjà déterminer la tranche de votre taux journalier conformément aux prix du marché. Cependant, le calcul du TJM intègre de nombreux autres éléments qui ne sont pas directement liés à la prestation réalisée. Vous devez les prendre en compte afin de déterminer le tarif journalier parfait pour votre activité.

Les objectifs de vie du freelance

Quelle est la rémunération idéale qui vous permettrait de réaliser vos rêves ? Vous voulez gagner au moins autant que lorsque vous étiez salarié ? Vous souhaitez gagner plus ? Vous avez un montant minimum en tête ? Les réponses à ces questions vous permettront de définir le TJM idéal pour vivre totalement épanoui avec votre activité de freelancing.

Le temps de travail du freelance

Contrairement au salarié qui a des congés payés, le freelance n’en dispose pas par défaut. C’est vous-même qui définissez le nombre de jours que vous allez travailler dans l’année. Qu’est-ce qui vous convient le mieux ? Des semaines de 5 jours ? Des semaines de 7 jours ? Peut-être moins. Peu importe. C’est en considérant le nombre de jours de congé que vous souhaitez prendre dans une année que vous pourrez déterminer le nombre de jours moyen à travailler dans une semaine ou dans un mois. Ce nombre de jours est différent du nombre de jours que vous pouvez réellement facturer. On en parle dans la section ci-dessous.

En réalité, vous devez tenir compte du travail que vous réalisez, mais pour lequel vous n’êtes pas payé (comptabilité, prospection, relation client, déclarations…). En déterminant le nombre de jours que vous pouvez réellement facturer, vous pourrez alors déterminer votre TJM tout en l’alignant sur vos objectifs de vie.

Les charges du freelance

Les éléments qui diminuent le chiffre d’affaires du client et donc son salaire sont notamment les dépenses professionnelles et les charges sociales. Il est important d’anticiper tous ces frais afin de les intégrer au calcul de votre Tarif Journalier Moyen. Il s’agit principalement des charges pour financer votre protection (maladie, retraite, invalidité, etc.) et des dépenses professionnelles suivantes :

  • le coût de la location de l’espace de travail,
  • le coût d’acquisition du matériel de travail (ordinateur, bureau…),
  • le coût du financement de votre formation,
  • le coût de l’assurance professionnelle,
  • les frais d’abonnement aux logiciels de travail,
  • les frais de déplacement…

Il est possible de déduire les dépenses professionnelles du chiffre d’affaires afin de payer moins d’impôts. À moins que vous travailliez sous le statut d’autoentrepreneur qui ne permet pas de déduire des charges. Concrètement, l’autoentrepreneur reverse environ 22% de son CA en cotisations alors que pour les autres statuts, ces charges à reverser peuvent représenter jusqu’à 45% du CA.

charges freelance

Comment augmenter son TJM Freelance ?

Les solutions pour augmenter votre TJM sont nombreuses. Par exemple, vous pouvez continuer à vous former. Un freelance qui dispose des compétences pointues dans un domaine précis peut revoir ses tarifs à la hausse. De même, pensez à avoir une fourchette de prix plutôt que de définir un tarif fixe pour vos prestations. Évidemment, il faut définir avant tout un tarif de base en dessous duquel vous refusez systématiquement de travailler. Les autres tarifs que vous proposez vous permettront de rester attractif sur le marché, car vous aurez de quoi satisfaire les potentiels clients en fonction de leur budget. De plus, la prospection constante de nouveaux clients peut vous permettre d’augmenter votre TJM Freelance. Vous pourrez ainsi décrocher des contrats toujours plus rémunérés que vos contrats actuels.

Exemple de TJM de freelance

Voici un exemple qui indique comment calculer de façon concrète le TJM d’un freelance. Supposons que François est un graphiste freelance qui souhaite gagner un minimum de 4000 € par mois. Il commence alors par toutes les dépenses qui viendront s’imputer à son revenu. En tant qu’autoentrepreneur, il prévoit :

  • 22% pour les charges sociales : + 880 €,
  • 14% pour les impôts : + 560 €,
  • 10% pour les frais professionnels : + 400 €,
  • la mutuelle : + 50 €,
  • l’assurance RC pro : + 45 €.

À ce stade, le chiffre d’affaires mensuel à réaliser est de : 5 935 €. C’est le moment de déterminer le temps de travail effectif de François. Il ne compte pas travailler les week-ends et souhaite prendre des congés. En déduisant ces périodes d’inactivité, le nombre de jours ouvrés qu’il considère dans une année est de 225. Il réduit ce nombre de jours de 40% pour intégrer le temps dédié à la prospection client et à la gestion de son activité. En résumé, il reste 135 jours travaillés dans une année. Cela revient à environ 14 jours de travail effectif dans un mois. Sur cette base, il peut alors calculer son Tarif Journalier Moyen en faisant 5 935 €/14 = 424 €.

Ce montant correspond bien évidemment au tarif qu’il a observé lorsqu’il étudiait les TJM appliqués sur les plateformes de freelance. François va plus loin en calculant son Taux Horaire Moyen (THM). Pour 8 heures de travail par jour, son TJM équivaut à 53 €. En résumé, François doit facturer 53 € de l’heure pour espérer gagner 4000 € net par mois dans son activité de freelance.

Faut-il mieux facturer en fonction d’un TJM ou d’un forfait ?

Sur certains types de missions, une question revient toujours : faut-il facturer au jour ou en fonction d’un forfait ? La réponse est pourtant simple. Le choix se fait au cas par cas en fonction des exigences de chaque projet. Le TJM convient plus aux missions qui s’étalent sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines ou des mois. Cependant, le tarif au forfait convient mieux aux projets de courte durée (moins d’une journée par exemple). Il convient également aux missions dont le cahier de charges est minutieusement détaillé, car dans ce contexte, les risques de dépassement sont très limités.

Vous savez désormais ce qu’on entend par TJM d’un freelance et comment le calculer. Toutefois, gardez à l’esprit que ce taux n’est pas gravé dans le marbre. Il est appelé à évoluer dans le temps en fonction de votre expérience et de vos objectifs de vie. Il est également possible de l’adapter à chaque mission en fonction du type de client et des exigences des tâches à réaliser.

Notre service client est disponible
du lundi au vendredi : 9h00 – 18h00

Siège social
31, cours des Juilliottes
94700 Maisons-Alfort

Agence de Paris
31, cours des Juilliottes
94700 Maisons-Alfort

Agence de Lille
14, Rue Vieux Faubourg
59800 Lille

Agence de Toulouse
15, chemin de la Crabe
31300 Toulouse

Agence de Nantes
4, Rue de l’Hôtel de Ville
44000 Nantes

Agence de Marseille
43, Chemin de la Sarrière
13590 Meyreuil

Agence de Bordeaux
3, rue du Golf
33700 Mérignac

Agence de Lyon
27, rue Maurice Flandin
69003 Lyon

Agence de Valbonne
535, Route des Lucioles
06560 Sophia Antipolis

Agence d’Angers
25, Rue Lenepveu
49100 Angers

© STA Groupe – 2021
Mentions LégalesDonnées personnelles

    Nom et Prénom

    Email

    Téléphone

    (optionnel) : Message

    En cliquant sur "Me rappeler", vous acceptez les conditions d'utilisation et la politique de confidentialité.