Négociation portage TJM

Aujourd’hui nous allons analyser avec vous comment réaliser une bonne négociation et surtout bien se démarquer de la concurrence. Il est vrai que nous connaissons depuis quelques années une explosion des freelances, indépendant et salarié porté en France et il est donc parfois difficile de tirer son épingle du jeu.

Il est important pour les consultants d’être constamment à l’écoute du marché, avoir un CV de qualité, avoir des recommandations pertinentes de client et surtout avoir une idée générale de ce qu’on attend comme Tarif journalier moyen (TJM) minimum.

Pour certains, le mot TJM n’est pas parlant, nous allons donc voire ensemble ce qu’est le TJM et surtout comment le négocier le plus subtilement possible ainsi que se différencier dans un domaine ultra concurrentiel.

Qu’est-ce que le TJM ?

Pour un salarié, quand on cherche à négocier, on réfléchit au salaire brut ou net, en freelance ou en portage salarial cela est diffèrent nous devons dans un premier temps réfléchir au chiffre d’affaire, pour pouvoir par la suite le convertir en salaire net. C’est pourquoi on parle très souvent de TJM ce qui signifie le tarif journalier moyen. Il s’agit tout simplement de la moyenne de la rémunération hors taxe par jour qui est versée par le client au salarié porté. Il est vrai qu’il est parfois très difficile de le convertir en salaire, car en effet le prix proposé ne doit pas faire fuir le client.

Comment calculer son Tarif Journalier Moyen :

Cela peut paraître simple, mais il est parfois bien plus compliqué de fixer un TJM, car il est important pour le salarié porté de valoriser son travail tout en sachant se positionner sur le marché de l’emploi très concurrentiel pour les consultants.

Pour établir un bon tarif journalier moyen (TJM) plusieurs points doivent être pris en considération. Nous allons les développer pour vous permettre de négocier au mieux votre futur TJM.

L’expérience

Le premier point à prendre en considération dans votre négociation et vos années d’expérience dans votre domaine d’activité. En effet, un profil junior ne peut pas prétendre aux mêmes tarifs qu’un profil senior. Il faut également faire attention aux compétences si vous disposez de compétence très recherchée, vous pouvez alors également négocier à la hausse votre TJM.  En plus des compétences et de l’expérience, il peut y avoir aussi, une plus-value si vous disposez d’une bonne réputation dans votre secteur d’activité.

La Mission

Le deuxième point important pour déterminer votre tarif est le type de mission. La première question que vous devez vous poser est tout simplement la limite que vous êtes prêt à accepter pour réaliser cette mission en tenant bien compte des enjeux, la complexité, les délais et les frais de mission. Il est réellement primordial d’analyser au mieux la mission car des demandes différentes ou spécifiques peuvent jouer sur le prix final.

D’autre part, la durée de la mission prend également une grande place dans le choix tarifaire, car le temps que vous consacrez pour la société peut varier. En effet un consultant qui passe une heure dans la société ou plusieurs mois, mais également selon que vous travaillez en temps complet ou partiel, on ne peut pas prétendre aux mêmes tarifs journaliers moyens (TJM).

Bien entendu, quand on vous sollicite pour une mission de longue durée à temps plein vous pouvez revoir vos tarifs à la hausse, ou si le client vous sollicite à plusieurs reprises pour des courtes durées vous pouvez également négocier votre prix.

Le client :

Il faut également prendre en considération le client chez qui vous allez réaliser la mission en effet, vous pouvez rencontrer une variation selon les clients, car les demandes ne sont pas identiques sur tous les points.  De plus les besoins sont différents entre les grandes entreprises et les moyennes voire les petites entreprises.

Pour vous aider à fixer le tarif, il est toujours intéressant pour vous de connaître leur budget ou la grille tarifaire approximative pour votre future mission.

Les coûts quotidiens :

Le coût de la vie de manière générale fait également partie de la détermination du TJM, car vous devez également prendre en considération le coût des déplacements et du matériel entre autres. En fonction de votre situation géographique.

Enfin, il ne faut surtout pas oublier qu’en freelance vous n’avez pas la même stabilité de l’emploi qu’un salarié en CDI ou CDD, vous pouvez rencontrer des périodes de creux qui ne sont pas toujours faciles. Même s’il est vrai qu’en portage salarial vous disposez de certains avantages comparés à un salarié.
Aussi gardez à l’esprit que vous n’êtes pas à l’abri d’avoir des périodes creuses.

Les outils de calcul :

De nombreux outils vous permettent de connaître le TJM, mais il ne faut pas oublier que le tarif journalier moyen représente votre chiffre d’affaires et non votre salaire pour connaître le salaire final. Il existe pour cela des outils de simulation très bien développés pour connaître votre salaire final, et pour certain vous pouvez même découvrir votre future fiche de paie détaillée.
Il s’agit d’une aide précieuse pour vous donner une idée claire et détaillée sur les tarifs à mettre en place sur vos prochaines missions.

Au terme de cette analyse, nous pouvons conclure qu’en tant que consultant, il est important pour vous de négocier votre tarif journalier moyen (TJM) en prenant en considération chaque point essentiel à la réalisation de votre activité, mais également le marché actuel de l’emploi et votre expertise dans votre domaine, l’ensemble de ces points sont essentiels pour entamer une bonne négociation pour votre nouvelle mission.

Enfin du fait d’une explosion du marché des freelance, indépendants et salariés portés il ne faut pas hésiter au quotidien à rechercher et comparer les offres disponibles.
Cela vous permet de rester en contact avec le marché, mais aussi de vous assurer de la justesse de votre tarif journalier.